Parc National Pan de Azucar

10 février 2008 par unmondevasion Laisser une réponse »

Départ matinal par la route C-120 menant à l’entrée principale du Parc National Pan de Azucar. En chemin, nos premiers cactus :

Ceci n’est pas un oursin mais un cactus ! Attention ça pique…

Halte sur une immense plage de sable blanc où des milliers de pélicans et de mouettes nous offrent un véritable festival aérien !

De gigantesques méduses amenées par les oscillations de l’océan s’échouent à nos pieds…

Mauvaise suprise en reprenant notre pick-up, le pneu arrière gauche est complètement à plat. Nous devons changer la roue et il nous manque la manivelle, heureusement un autre véhicule similaire au notre s’est arrêté un peu plus loin et nous a prêté la sienne.

Les droits d’entrée du parc sont de 3500 pesos/pers.

Cette aire protégée couvre une superficie de 43 754 ha et s’étend du niveau de la mer à 900 m d’altitude. La présence de la camanchaca, une brume côtière, a donné naissance à une grande diversité de plantes succulentes. On y rencontre une vingtaine d’espèces de cactus endémiques. La végétation qui s’y développe, adaptée aux conditions extrêmes de
sécheresse, est ainsi capable de stocker la moindre goutte de rosée dans leur tige
épaisse. On a pu approcher de grandes colonies de cactus globulaires (Copiapoa cinerascens)

puis les Copiapoa columna alba aux formes évocatrices. C’est extraordinaire de voir autant de cactacées en milieu naturel !

Nous nous dirigeons ensuite sur la piste conduisant au Mirador de Pan de Azucar et là il n’y a pas de mots pour décrire le décor : une vue imprenable sur l’océan du haut des falaises avec de grands cactus dressés en premier plan : époustouflant !

Nous avons eu la chance d’apercevoir pour la 1ère fois les fameux « zorros », des renards sauvages qui apprécient l’ombre des géants épineux. Ils ne sont pas faciles à repérer mais avec de la patience et une bonne vue, on est toujours récompensé…

Nous poursuivons notre route dans le secteur de « Las Lomitas » à une trentaine de kilomètres situé à 700 m d’altitude. Le paysage est complètement différent et l’ambiance y est particulière : les cactus du genre Eulychnia sont couverts de lichens, nous nous trouvons dans une zone où la camanchaca est très présente et apporte de ce fait une certaine humidité au lieu malgré l’aspect désertique.

Les zorros très curieux sont également au rendez-vous et se laissent cette fois-ci facilement approcher pour notre plus grand plaisir.

Nous redescendons en fin d’après-midi au niveau de la Caleta Pan de Azucar et embarquons à bord d’un petit bateau pour 1h30 autour de l’Isla Pan de Azucar.
Le courant froid et riche de Humboldt entretient une grande variété de faune marine : les manchots de Humboldt que l’on trouve uniquement sur la côte du Pacifique du Pérou et du Chili partagent leur territoire avec d’autres oiseaux marins (pélicans, cormorans…), les otaries se prélassent au soleil sur les promontoires rocheux, les loutres de mer pointent leur nez furtivement entre 2 vagues et les fous à pattes bleues nichent par milliers le long des falaises abruptes.

Nous regagnons tranquillement Chanaral et profitons avant d’aller dîner en ce dimanche soir de faire réparer notre pneu chez Tio sur les recommandations de Willy, histoire d’avoir toujours une roue de secours avec nous, c’est plus prudent ! Une journée bien remplie et des images pleins les yeux, nous nous effondrons dans notre lit paré de draps aux couleurs du Chili…

Publicité

Laisser un commentaire