San Pedro de Atacama

12 février 2008 par unmondevasion Laisser une réponse »

Nous quittons ce matin la côte pour le désert d’Atacama. Sur la route, nous doublons régulièrement des camions d’acide sulfurique puis nous nous arrêtons à l’entrée de la ville de Calama pour récupérer une manivelle chez Avis. Nous poursuivons ensuite les 100 derniers kilomètres jusqu’à la cordillère de sel.

Le paysage devient alors extraordinaire et nous avons l’impression d’avoir été  télétransportés sur une autre planète !

Nous posons nos sacs pour 7 nuits à la Casa de Don Tomas légèrement à l’écart du centre ville de San Pedro de Atacama dans la rue Tocopilla au calme.

Nous sommes à 2438 m d’altitude dans une oasis en plein désert. Nous décidons d’aller faire un tour dans le village. Toutes les rues poussiéreuses sont bordées de maisons en adobe (des briques de boue séchées à l’air libre au soleil). Les restaurants, les boutiques d’artisanat et les agences proposant les excursions se succèdent.

Des centaines de touristes débarquent chaque jour du monde entier,
c’est le point de départ pour de nombreuses expéditions. Malgré ce flux
touristique, l’ambiance y reste agréable !

L’Iglesia San Pedro toute blanche est incontournable et surtout très photogénique sur fond de ciel bleu. A l’intérieur, il ne faut pas manquer le plafond en bois de cactus typique de la région.

Un peu plus loin, nous pénétrons dans une allée toute droite ombragée avec une succession de boutiques d’artisanat multicolores.

Nous nous laissons tenter par un délicieux « jugo naturale de naranja » tout juste pressé et servi dans un grand verre puis par les traditionnels « empanadas », chaussons farcis à la viande, au poisson, aux légumes ou aux fruits de mer. Nous avons opté pour celui aux crevettes-parmesan et coquilles Saint-Jacques-herbes fraîches : un vrai régal frit au moment même !

On décide ensuite d’aller à la « Valle de la Muerte » au coucher du soleil : sculptures naturelles modelées par le vent et la pluie, dunes de sable et dégradé de couleurs minérales sont au rendez-vous.

Ce soir nous avons goûté à 2 spécialités chiliennes au restaurant Torres del Paine : le plat national « el lomo a lo pobre » (une tranche de boeuf surmontée de 2 oeufs frits, sur un lit d’oignons émincés et noyée sous les frites) et « el pastel de choclo » (viande hachée, olives, raisins, oignons, oeufs durs, épices : le tout recouvert d’une purée de maïs gratinée) accompagné d’une cerveza (bière) et d’un jugo de sandia (pastèque).

Publicité

Laisser un commentaire