Valle de la luna – Aldea de Tulor – Guatin – Machuca

13 février 2008 par unmondevasion Laisser une réponse »

7h45 : nous partons à la découverte de la « Valle de la Luna » située à 2550 m d’altitude et de ses paysages géologiques spectaculaires au milieu de la Cordillère de Sel.

Nous sommes quasi seuls, d’ailleurs une nouvelle fois nous n’avons pas payé le droit d’entrée (personne dans la cahute). Nous décidons de grimper jusqu’en haut de la grande dune de sable, l’altitude se fait ressentir et nous marchons au ralenti… mais notre effort sera rapidement récompensé, la vue est sublime et un silence « assourdissant » règne au sein de cette immensité lunaire.

C’est vraiment une sensation particulière ! Il n’y a aucune trace de vie animale et végétale mais un tableau minéral d’une grande beauté s’empare des lieux.

Nous visitons ensuite le village archéologique de Tulor datant d’environ 2800 avant JC constitué de maisons circulaires en torchis accolées les unes aux autres qui ont été ensevelies par le sable au fil des temps. Seulement 10% du site a été fouillé et 2 habitations originales ont été reproduites avec les mêmes éléments d’autrefois. (droits d’entrée : 2000 pesos/pers.)

 

En début d’après-midi, nous empruntons la piste qui se dirige vers El Tatio mais bifurquons au niveau de Guatin. Les Herbes de la Pampa (Cortaderia selloana) poussent à profusion de part et d’autre de la rivière Penaliri.

Les cierges arborescents (Echinopsis atacamensis) se rencontrent  par centaines dans le canyon de Guatin à plus de 3000 m d’altitude.

Le bois séché de ce cactus a été utilisé dans la construction des portes et plafonds d’église et est également employé dans la réalisation d’objets d’artisanat local mais actuellement cette espèce est à protéger. Les fleurs blanches naissent sur les côtés dans la partie haute de la tige et offrent ensuite un fruit comestible.

Nous continuons la route caillouteuse en direction de Machuca, les points de vue sont à couper le souffle !
Nous atteignons les 4000 m d’altitude et les maux de tête commencent à se faire sentir.

Nous croisons un petit groupe de lamas domestiqués de la famille des camélidés avec leur laine colorée dans les oreilles pour les distinguer.

Nous nous arrêtons ensuite au petit village de Machuca avec son unique rue bordée de maisons en adobe et son église blanche au toit de chaume si caractéristique.

Un peu plus loin, nous profitons d’une lagune d’altitude et d’un bofedal (une sorte de marécage) où l’on observe quelques vigognes sauvages et flamants. Le temps semble s’être arrêté…

Dans les rochers, se cachent les « vizcachas » (Lagidium viscacia), un rongeur de la taille d’un lapin avec une grande queue semblable à celle d’un écureuil lui permettant de maintenir son équilibre.

Nous rejoignons dans la soirée San Pedro par une piste qui nous semble interminable.

Publicité

Laisser un commentaire