Xin chao Vietnam : 1ère journée à Hanoï

9 avril 2009 par unmondevasion Laisser une réponse »

A peine le pied posé sur la terre du Vietnam vers 4h30 du matin, nous partons à la découverte du marché aux fleurs de Quang Ba situé à l’entrée de la ville d’Hanoï.

C’est l’effervescence entre 3h et 6h du matin sur la digue de Nghi Tam, des milliers de chrysanthèmes, oeillets, roses, gerberas, orchidées, lys sont proposés pour la vente en gros jusqu’à 4h du matin puis un peu plus tard pour la vente au détail.

Chaque fleur de rose est minutieusement enveloppée dans du papier journal humide

Après une douche rapide, un changement de tenue et les fleurs achetées au marché dans le vase, nous décidons d’aller prendre notre petit déjeuner avec les locaux dans les rues d’Hanoï.

Nous optons pour un Bun Ca toujours préparé à la demande devant nos yeux. Il s’agit d’un soupe de nouilles de riz avec des filets de poisson (ici de la carpe) et des herbes.

Nous nous installons sur le trottoir un peu recroquevillés sur des minis tabourets et des minis tables en plastiques. C’est authentique et surtout délicieux !

Un monsieur est préposé à l’encaissement !

Un peu plus loin, autre préparation à l’angle d’une rue, le Bun Cua, une soupe de nouille au crabe épicé et nous revoilà repartis pour une dégustation mais cette fois-ci un bol pour deux ! Il faut être raisonnable… C’est une explosion de saveurs !

Partout le long des trottoirs, c’est toujours très animé : on cuisine sur des étals de fortune, on vend des fruits, des fleurs, des oeufs, de la viande… On ne sait plus où donner de la tête ! Tous les aliments sont d’une grande fraîcheur.

Des femmes coiffées de leur chapeau conique portent sur leur épaule leur traditionnelle palanche fondée sur le principe du balancier et arpentent du matin au soir les rues et ruelles d’Hanoï. Grâce à ce système ingénieux composé de 2 paniers suspendus par des fils à une longue tige de bambou légèrement incurvée, flexible et résistante, les femmes peuvent transporter de lourdes charges.

J’ai même testé ce type de portage, image symbolique du pays !

Nous faisons une petite halte au café Mai où l’on peut trouver toutes sortes de café moulu à la demande. Il faut savoir que le Vietnam est le 2ème producteur de café au monde après le Brésil.

Nous prenons ensuite la direction de la place Ba Dinh où a été proclamée le 2 septembre 1945 l’indépendance du pays. Le mausolée en marbre de Ho Chi Minh appelé Oncle Hô est un haut lieu de pélerinage pour de nombreux fidèles. « Rien n’est plus précieux que l’indépendance et la liberté ».

On assiste à l’extérieur à la relève de la garde d’honneur. Derrière le mausolée, on découvre le palais présidentiel, la maison sur pilotis au bord de l’étang ainsi que la pagode au pilier unique. C’est l’un des sites les plus visités au Vietnam aussi bien par les autochtones que par les étrangers. De nombreux petits écoliers en tenue orange étaient au rendez-vous !

Pour le déjeuner (oui, oui on sait on n’arrête pas de manger aujourd’hui mais il y a tellement de choses à découvrir), nous avons goûté à l’une des spécialités d’Hanoï, le « cha ca » (poisson-chat) au restaurant mythique Cha Ca La Vong tenu par la même famille depuis 5 générations.

Nous grimpons à l’étage où une table nous est réservée. On nous apporte
un brasero sur la table, de petits morceaux de poissons dorent
légèrement dans une sauce parfumée. On y rajoute des herbes fraîches,
on mélange le tout et chacun se sert dans son bol à l’aide des
baguettes. Ce plat est accompagné de vermicelles de riz, d’arachide,
d’oignons nouveaux et de nuoc mam. Un vrai régal ! Le tout bien sûr
arrosé d’une bière « bia hoi ».

Nous arpentons la rue des herboristeries où regorgent toutes sortes de potions magiques destinées à soigner tous les maux… On trouve parfois des choses surprenantes ! Champignons hors normes, serpents baignant à l’intérieur des bocaux, racines de ginseng …

Nous marchons dans la rue transversale Hang Ngang et assistons aux scènes de la vie quotidienne. Levez la tête et admirez un peu les fils électriques, les balcons remplis de plantes et de cage aux oiseaux.

Nous nous dirigeons ensuite vers le temple de la littérature composé de 5 cours intérieures. Un grand portique précède l’entrée principale.

Au niveau de la 3ème cour sont alignées 82 stèles où sont inscrits les noms des 1306 étudiants ayant obtenu leur doctorat entre 1442 et 1779. Elles reposent chacune sur une tortue en pierre.

Au centre se trouve le puit de la clarté céleste. On passe ensuite par la porte des grands résultats pour arriver dans la cour des sages avec de nombreux bonsaïs pour le plus grand plaisir de Chung.

Un peu à l’écart de la ville nous visitons le musée d’éthnographie inauguré en 1997 par Jacques Chirac. Absolument magnifique et passionnant, il présente de nombreux objets et costumes des différentes ethnies du Vietnam. A l’extérieur sur le terrain de 3 ha qui entoure le musée, des maisons traditionnelles des différents peuples ont été reconstituées grandeur nature comme l’impressionnante maison communale bahnar avec son toit en pente aux pans de 170 mètres carrés chacun ou comme la tombe giarai.

Petit tour au niveau du lac Hoan Kiem ou lac de l’épée restituée, havre de paix au milieu de l’agitation urbaine. On emprunte le pont en bois rouge The Huc pour rejoindre le temple de la montagne de Jade (Ngoc Son). La tortue est un animal sacré dans la tradition bouddhiste et elle est le symbole de longévité.

De splendides figuiers entourent cette petite île, les fidèles viennent y brûler de l’encens (nous sommes le 15ème jour lunaire) et les joueurs d’échec chinois enchainent les parties…

Expérience plutôt sportive pour traverser les rues et se
faufiler entre les nombreuses motos et scooters mais contrairement à ce
que l’on pourrait penser, il faut y aller doucement, avancer
progressivement et surtout pas courrir même si ça déboule de partout et ça n’arrête pas de klaxonner ! Jetez un coup d’oeil au film, vous comprendrez…

Nous déambulons ensuite dans le vieux quartier des 36 corporations, un vrai labyrinthe où chaque rue à sa spécialité. Par exemple Hang Giay est la rue de la chaussure, Hang Bac celle des orfèvres.

Dans ce secteur, on observe très bien les « maisons-tunnels » typiques. Leur facade ne dépasse pas 3 m de large mais sont très profondes et la hauteur ne dépasse pas celle du palais royal. On a même trouvé un tampon sculpté en bois avec une grenouille pour la collection de Béné ! Les murs de certaines boutiques exposent les masques d’inspiration chinoise qui grimacent joyeusement.

Vous remarquerez sans doute que les vietnamiens mangent à toute heure et font généralement au moins 3 repas par jour. Vous trouverez toujours de quoi vous restaurer pour quelques dongs dans une gargotte de rue. Surtout n’hésitez pas…

A 18 heures, nous nous rendons au théatre Thang Long pour voir le spectacle des marionnettes sur l’eau, une tradition millénaire qui retrace la vie quotidienne des campagnes. Bravo aux marionnettistes qui manient à merveille toutes ces figurines sculptées en bois de figuier et reliées à tiges de bambou de 3 à 4 mètres de long invisibles dans l’eau opaque.

Nous finissons notre longue journée au restaurant Sen qui propose sous forme d’un grand buffet plus de 60 spécialités culinaires des 3 régions du Vietnam : difficile de goûter à tout, banh xeo, banh cuon, nem … ça vaut le détour et ça donne un très large aperçu de la gastronomie vietnamienne : ça promet pour les semaines à venir !!

Une riche première journée dans la capitale : on mérite bien quelques heures de sommeil…

Publicité

Laisser un commentaire