Articles Taggés ‘Paris 18’

Enishi : un authentique restaurant japonais

20 janvier 2011

Au coeur du 18ème arrondissement de Paris, entre les stations de métro Lamark-Caulaincourt et Château rouge, je vous suggère d’aller déjeuner dans ce petit restaurant 100% nippon où l’accueil est souriant et les plats proposés de qualité. Vous avez le choix entre les menus Sushi et Maki, Tempura (beignets japonais), Viande (pot-au-feu de boeuf à la japonaise), Udon (nouille japonaise), Donburi ou encore Obento. Les tarifs oscillent entre 13 et 18 € le midi. Comptez entre 16 et 28€ pour les menus du soir. Il y a également possibilité d’emporter des bentos entre 9 et 13€.

En guise d’apéritif, dégustez les edamame (prononcé édamamé) avec une bière bien fraîche ou un thé vert ! Je suis une inconditionnelle de ces petits haricots de soja alors quand un restaurant en propose, je n’hésite pas !

Le bento est servi avec une soupe miso très parfumée, il est constitué de sashimi sur bol de riz vinaigré, d’un morceau de saumon grillé, de tamago-yaki (omelette japonaise), de tonkatsu (porc pané frit) accompagné d’une purée et de salade : un vrai plateau déjeuner à la japonaise !

Le menu nouille japonaise-tempura débute par une petite salade de jeunes pousses et d’algues accompagnée d’onigiris (boule de riz, l’une recouverte d’algue séchée et l’autre d’une poche de tofu frit ‘inari’).

On vous sert ensuite un bol de nouilles Udon dans un bouillon japonais que l’on aspire (oui, oui vous avez le droit de faire du bruit !) et une petite assiette d’assortiment de tempura avec une panure croustillante et légère à souhait.

Et par gourmandise, nous nous sommes laissés tenter par une petite glace au thé vert avec un dorayaki (2 pancakes japonais enveloppant une pâte de haricot rouge appelée « anko ») et une glace au sésame noir servie avec des haricots rouges.

Vous l’aurez compris cette adresse mérite le détour pour tous les amateurs de cuisine japonaise. Le restaurant est ouvert de 12h30 à 14h30 et de 19h à 22h30 et fermé le dimanche, lundi midi et jours fériés.

ENISHI

67 rue Labat
75018 Paris

Tél. : 01 42 57 32 14

Un samedi sous le signe de l’Afrique

6 septembre 2008

AJ’ai décidé d’aller faire un petit tour du côté du quartier africain de Paris et surtout refaire mon stock de feuilles de manioc, pâte d’arachide et légumes exotiques en vue de la préparation d’un mafé et d’un saka-saka au poulet fumé. Dès la sortie du métro Château-Rouge, vous êtes baignés rapidement dans l’atmosphère de l’Afrique noire. C’est l’un des principaux endroits où se retrouve la communauté africaine de la région île-de-france.

Je vous conseille d’arpenter les rues Dejean, Poulet, des Poissonniers, Doudeauville pour une immersion totale. Un chapelet d’épiceries exotiques, d’échoppes de tissus, de boutiques dédiées à la beauté et de nombreuses boucheries vous attendent …

Vous trouverez toute sorte de légumes frais : patate douce, igname, manioc, aubergine africaine, piment, bananes plantains toujours très bien empilées, gombos, gingembre :


Ne manquez pas le marché de la rue Dejean avec les poissonneries qui proposent capitaines, tilapias, mérous … et toujours beaucoup de légumes et de fruits en tous genres (figues de barbarie, dattes fraîches)


Nombreux vendeurs alignés sur les trottoirs, sacs poubelles gris à la main interpellent les passants : les hommes crient : Maïs ! Maïs !, les femmes sortent sur un étal de fortune leurs légumes violets 5€ les 15 !


Et les pigeons terminent les restes d’épis maïs !

Si vous cherchez des tissus bariolés et de toutes les couleurs, vous serez servis ici : des vitrines entières forment un véritable patchwork de quoi confectionner nappes, boubous et autres tenues africaines !



Les magasins de cosmétiques tiennent une place importante dans le quartier : mèches, perruques, tresses, lotions et crème à base de karité sont au rendez-vous.

Et pour le fun, une devanture bien chargée, on n’oserait ouvrir la porte :

Il y a foule dans le quartier le samedi, mieux vaut être à pied qu’en voiture, c’est de la folie au niveau de la circulation … ça klaxonne de partout !

Je termine mes derniers achats : aubergine blanche, piment antillais, bananes plantains, sauce graine, pâte d’arachide, saka-saka, sac de riz cassé 2 fois et sans oublier les cubes de bouillon Maggi épices-oignon (un classique dans la cuisine africaine)

C’est fou la variété de bouillon-cube qui existe :

Nioumré : un restaurant franco-africain

6 septembre 2008

Nous nous installons pour le déjeuner dans un petit maquis sénégalais, « le Nioumré » au 7 rue des Poissonniers. Restaurant simple et familial fréquenté par les locaux où vous pourrez déguster les différentes spécialités du pays : tiep bou dienn, yassa, mafé, aloko et soupe kandja.

Dans la cuisine africaine, le repas est généralement constitué d’un plat unique mais copieux (vous ressortirez le ventre plein, ne vous inquiétez pas !). Côté boisson, vous aurez le choix entre jus de gingembre, jus de bissap, jus de goyage … Côté plat, nous avons opté pour le mafé d’agneau (un ragout traditionnel à la pâte d’arachide servi avec du riz blanc) et le plat national, le tiep bou dienn (un riz concassé à la tomate excellent avec un poisson cuit dans un bouillon de légumes épicé), le tout accompagné d’une assiette d’aloko (rondelles de bananes plantain frites). On s’est régalés et en plus un très bon rapport qualité/prix (26,30€ pour le tout) !


Alors si comme moi, vous voulez faire une petite halte et manger local après vos emplettes, voici leur carte :

Procession de Ganesh à Paris

31 août 2008

Procession de Ganesh à Paris
Vidéo envoyée par unmondevasion
 

C’est le grand jour pour des milliers de fidèles hindous qui viennent défiler dans les rues de Paris en l’honneur de Ganesh. Dieu à corps d’homme et à tête d’éléphant, protecteur du foyer, symbole de la prospérité, de la sagesse, il lève les obstacles sur le chemin de ceux qui le prient. Des représentations de Ganesh trônent un peu partout dans le quartier. Il y en a pour tous les goûts !

Vers 10h30, tout le monde s’active à l’intérieur du temple pour les derniers préparatifs de la procession : paniers d’offrandes, arceaux couverts de plumes de paon destinés aux danseurs, pots de terre cuite dans lesquels brûlera le camphre, joueurs de flûte et de tambours, chanteurs, 2 chars magnifiquement décorés tirés chacun par des fidèles pieds nus à l’aide de 2 grandes cordes, les femmes en saris colorés d’un côté et les hommes en pagnes blancs de l’autre… Quelle chance de pouvoir assister à tout cela et de partager cette fête à leurs côtés !


Un éléphant de 70 kg venu tout droit d’Inde ouvre le cortège :

Tout au long du parcours, des noix de coco seront brisées sur le sol au moment où la procession arrive à leur hauteur. Pour avoir été aux 1ères loges, croyez-moi, ils n’y vont pas de mains mortes et baptême d’eau de coco garanti !

La coquille symbolise l’illusion du monde, la chair, le karma
individuel et l’eau, l’égo humain : en cassant la noix de coco, on
offre son coeur à Ganesh. Le curcuma, réduit en poudre jaune est une épice qui tient une place importante dans les cérémonies indiennes.

Danseurs et musiciens s’emparent des lieux : oui, oui vous êtes toujours à Paris !

Une atmosphère extraodinaire et colorée, des sourires, c’est magique …

La procession avance sur le boulevard Saint-Denis, nous sommes de plus en plus nombreux.

Les commerçants élèvent des autels devant leurs boutiques, décorent leur devanture de mille et une guirlandes aux couleurs vives ou dessinent même sur les trottoirs, la rue Cail est remplie de saris suspendus …



Les grappes de fleurs de jasmin embaument les rues, il est coutume d’en mettre autour du cou ou dans les cheveux et je peux vous assurer que ce parfum est incroyable comme sur les marchés en Inde : un vrai bonheur ! C’est bien dommage que vous ne puissiez le sentir …

Nous nous installons au restaurant végétarien Krishna Bhavan ou plutôt sur le trottoir pour l’occasion faute de places à l’intérieur mais ce n’est pas plus mal, nous restons dans l’ambiance festive ! Lassis à la mangue, à la rose et jus de mangue pour commencer avec samoussas et rolls.


Et ensuite place au thali végétarien et au massala dosa (admirez un peu la taille de la crêpe, elle dépasse de l’assiette !)

Merci à toutes et à tous pour cette belle journée !

L’Inde à Paris

21 mai 2008

Une folle envie de nous replonger dans les parfums et couleurs indiennes et nous voilà parties dans le secteur de la Gare du Nord-La Chapelle. La rue du Faubourg Saint-Denis est envahie de boutiques de vêtements (sari et punjabi), de bijoux, de supermarchés avec tous les produits nécessaires à la cuisine exotique et de nombreux restaurants indiens… Quelques petites rues adjacentes valent également le détour comme celles de la rue Cail et Perdonnet.


Au milieu des DVD de Bollywood, le film Madagascar en Hindi !

Côté restaurant, nous avons l’embarras du choix mais ce midi nous avons opté pour un repas 100% végétarien et sommes allées au Krishna Bhavan situé au 24 rue Cail.
Nous nous sommes laissées tenter par le plat national : le Thaali végétarien composé de 7 currys, 1 grande chips Papadam, 1 raïta et un dessert tapioca/coco le tout servi sur un plateau avec du riz. La crêpe aux oignons servie avec curry et sauces (Onion Dosa) puis les samosas maisons et le lassi à la mangue sont également délicieux.


Pour les gourmands en manque de sucre, je vous conseille de faire un tour dans la pâtisserie locale très colorée :

Pour trouver toutes vos épices, légumes frais, riz etc… afin de réaliser des plats indiens, il ne vous reste plus qu’à déambuler dans les rayons des magasins d’alimentation comme Cash an Carry très populaire (11 rue Cail ou 197 rue du Faubourg Saint-Denis) : dépaysement garanti ! Voilà le résultat sachant que j’ai été raisonnable cette fois-ci :

Feuilles de curry fraîches et petites aubergines : de quoi se préparer un bon curry d’aubergine au lait de coco !

Enfin si vous êtes comme moi à la recherche d’un « punjabi » appelé également « salwar kameez », vous trouverez certainement votre bonheur dans les nombreuses boutiques de la rue du Faubourg Saint-Denis (Asian Sari centre au n°199 ou Kevin Novelties au n°195 par exemple).
Cette tenue est constituée d’un pantalon (salwar), d’une tunique assez longue (kameez) et d’un grand foulard (duppata). C’est une bonne alternative au sari et surtout plus facile à porter en tant qu’occidentale !